Archives mensuelles : juillet 2014

Le mot du 2 juillet 2014

super-mamie, Super Mamie…

      Les nombreux mots formés avec le préfixe super sont, de nos jours, agglutinés, sans trait d’union : supermarché, superpuissance, superproduction, supercarburant, superstructure, supernova, supertanker… Quelques exceptions dans l’usage : super-géant, nom d’une épreuve de ski alpin que l’on écrit couramment sous la forme super-G (un super-G, des super-G), super-huit (n. masc. inv. et adj. inv.). Cela étant dit pour des termes lexicalisés, figurant dans certains ou dans tous les dictionnaires contemporains usuels. En revanche, le trait d’union est récurrent dans les créations libres, dans les formations familières se voulant amusantes : Cette année, j’ai obtenu de super-carottes dans mon potager ! ; Non seulement elle est fort jolie, mais c’est une fille super-sympa ! ; Votre tenue est du super-chic !

            Ces tout derniers jours a eu lieu la finale, à Nice (pour la quatrième fois), du dix-huitième concours annuel de la Super Mamie… C’est en effet en 1996 que Mme Fabienne Ollier a déposé à l’INPI (Institut national de la propriété industrielle) et à la Maison des arts et des lettres son projet de concours national. Celle qui se présente, sur son site officiel, comme la « Créatrice et organisatrice des Élections Super Mamie » voulait valoriser « la transmission et les solidarités intergénérationnelles ». Depuis dix-huit ans, les enfants et petits-enfants sont conviés à proposer au titre de Super Mamie leurs mères et aïeules, dès lors que ces femmes sont reconnues pour leur dynamisme, leur implication dans la vie sociale, caritative, culturelle…

        Cette année, c’est une Bourguignonne de 62 ans, Mme Bernadette Cremades, qui a été élue parmi les douze finalistes de 53 à 87 ans. Cette mamie super, cette super-mamie, a donc accédé au titre de Super Mamie 2014. Super Mamie, avec deux majuscules sans trait d’union, est alors la graphie à respecter impérativement dès lors que l’on fait allusion à ce titre honorifique dû à Mme Ollier !

 

Publicités