Le mot du 19 janvier 2015

déni

     Le remarquable Trésor de la langue française du CNRS (Université de Lorraine) mériterait parfois des mises à jour, des actualisations (et non des mises au jour = des révélations). Ainsi, pour le mot déni…  Affirmer que déni, au sens de « action de dénier, de refuser de reconnaître la vérité ou la valeur d’une chose », « est rare » est complètement faux aujourd’hui.

       Si des pays et leurs habitants connaissent des situations particulièrement graves, inquiétantes, dramatiques, c’est très souvent parce que depuis des lustres les soi-disant ou prétendues* élites, y compris des individus dont c’est le métier d’informer, mentent par omission, « cachent la poussière sous le tapis », pratiquent continûment le non-dit, le… déni.

            Au prétexte de ne pas heurter, de ne pas envenimer les choses, on aggrave en fait les problèmes, par lâcheté, veulerie, pleutrerie, couardise, en ne s’opposant pas fermement à la loi des plus forts en gueule, aux comportements fascisants des plus intolérants, aux pressions des sectaires…

            La première acception de déni n’est donc plus « refus d’accorder ce qui est dû » : déni d’amitié (refus injustifié d’accorder son amitié) ; déni d’aliments (refus par des apparentés, le plus souvent par des descendants, d’assurer la nourriture à un parent) ; déni de justice, surtout (rigoureusement : refus, par un tribunal ou par un juge, de rendre la justice ; voire, emploi moins orthodoxe : refus de rendre justice à quelqu’un).

 

*Un soi-disant ancien combattant est quelqu’un qui SE DIT ancien combattant. Mais on ne peut pas employer soi-disant quand ce sont des tiers qui disent que Untel est ceci ou cela : C’est un prétendu ancien combattant, selon la concierge…, sauf si cette dernière personne veut signifier que c’est bien l’homme en question qui se déclare, vrai ou faux, ancien combattant. La prudence et l’honnêteté imposent donc la plus grande rigueur dans la formulation : Selon la concierge, l’homme se dit ancien combattant, car avec « c’est un prétendu ancien combattant » la connotation est alors nettement négative… à raison ou à tort.

Publicités

Les commentaires sont fermés.