Le mot du 5 mars 2015

fanatique

           « Ce qu’il y a de pire, chez le fanatique, c’est la sincérité », a dit l’écrivain, auteur dramatique et humoriste Oscar Wilde. Le zèle aveugle manifesté par les fanatiques est en effet généralement inspiré par un enthousiasme passionné. Inspiré est le mot qui convient, d’ailleurs, puisque l’étymon latin fanaticus signifiait « serviteur du temple » et « personne inspirée ». Il s’appliquait aux prêtres d’Isis ou de Cybèle, entre autres, parce que ces derniers manifestaient bruyamment leur dévotion.

            À l’origine, le fanatique est donc une personne qui s’imagine inspirée par l’esprit divin. Une acception étendue a fait de ce mot un terme qui qualifie un individu adepte passionné d’une religion, d’une doctrine, de superstitions, d’une philosophie ; un vocable qui désigne quelqu’un excessivement féru d’une discipline, d’un sport, ou admirateur inconditionnel d’une vedette de la chanson ou d’une star du cinéma…

            Dans le langage familier courant, fanatique est abrégé en fan ou en fana, qui ne sont pas employés de façon interchangeable. On est fana de rugby, de boxe, de musique baroque, de la peinture cubiste, etc., alors qu’on est fan du PSG, de Johnny Hallyday, de Mylène Farmer, ou, à Brest, des Goristes. En entendant des critiques contre leurs idoles, les fanas… tiquent !

            Le substantif fanatisme a évolué presque de la même façon que fanatique, mais au sens étendu son emploi demeure réservé aux excès de passion ressentis comme anormaux : il est peu usuel de parler du fanatisme des admirateurs de Marion Cotillard ou d’Eddy Mitchell.

            Les excès peuvent aussi être du côté de ceux qui jugent autrui sans aménité (et plus ou moins sincèrement, notamment en politique). Attention, dit l’écrivain et journaliste américain Ambrose Bierce, l’auteur du fameux Dictionnaire du diable, à ne pas traiter de fanatique « celui qui s’obstine à soutenir une opinion qui n’est pas la vôtre ».  Mais pour Winston Churchill le fanatique est le plus souvent « quelqu’un qui ne veut pas changer d’avis et qui ne veut pas changer de sujet ».

        La sombre actualité nous montre avec évidence et cruauté que les fanatiques, au sens propre, sont des individus… fanatiquement exaltés, mus par un zèle démentiel qui les rend inaptes à l’intelligence, au raisonnement, à la sensibilité et à la tolérance. Mais ces enragés racistes, fascistes et machistes sont capables de fanatiser des foules ignares, incultes, crédules,  des brutes épaisses et barbares.

            Ennemis déterminés de la liberté, des libertés, de la tolérance, de la culture et de la civilisation, ces illuminés vivent dans un monde qui se situe à des millénaires du siècle des… Lumières (au XVIIIe siècle, fanatisme s’opposait à philosophie). Espièglerie de la langue française : les « illuminés » sont des obscurantistes !

*****

 

Rappel rapide, aujourd’hui, des prochains événements :

  • 21 mars, à Casablanca : finale du 11e Championnat du Maroc de langue française et d’orthographe
  • 21 mars, à Tourcoing : dictée (à la médiathèque André-Malraux)
  • 11 avril, à Paris-7e: premier concours de culture générale (au lycée La Rochefoucauld)
  • 18 avril, à Tours : dictée.

 

Publicités

Les commentaires sont fermés.