Le mot du 14 avril 2015

podium

            Même s’ils n’ont pas, loin de là, le comportement de femmes et d’hommes appartenant aux pseudo-« élites » autoproclamées des médias,  dont la tête « ne passe plus par les portes » et dont les dents « rayent le parquet »,  les lauréats des dictées et autres jeux-concours sont, naturellement, et sainement, heureux d’être en tête des classements.  Contents d’être sur le podium, au sens figuré le plus souvent.

            Dans le domaine sportif, on entend par podium, depuis les années 1910, une plate-forme sur laquelle on fait monter les vainqueurs  –  individuels ou équipes  –  d’une épreuve. C’est généralement une estrade à deux degrés : la place du premier, centrée, est surélevée par rapport aux deux autres marches qui l’encadrent. Plus rarement, il existe des podiums non plus à deux, mais à trois degrés.

            Par métonymie, podium désigne l’ensemble des champions qui, ayant vu leurs vœux de victoire ou de très bon classement exaucés, se retrouvent donc très justement… exhaussés sur la plate-forme. On dit ainsi : « Le podium du slalom hommes de Maribor était constitué de l’Américain Miller, du  Croate Kostelic et du Slovène Kunc ».

            Â l’origine, le mot latin (issu du grec au sens de « petit pied », « pied ») podium désignait, dans un amphithéâtre, dans un cirque antique, un gros mur qui servait à la fois de limite structurelle et de limite sociale. Certains podiums (le mot suit le pluriel « à la française », avec un s) comportaient des niches, dont certaines devaient servir de petites chapelles de culte. Des cages à animaux menant aux arènes devaient aussi, parfois, être insérées dans le mur.

            Formant plate-forme, le sommet du mur supportait les places d’honneur : « […] la plate-forme du podium que protégeait une  balustrade de bronze et sur laquelle étaient posés les sièges de marbre des privilégiés » (Jérôme Carcopino, la Vie quotidienne à Rome à l’apogée de l’Empire, cité dans le Robert).

Le terme fut appliqué ensuite à de petits soubassements qui, à l’intérieur d’un édifice, servaient à supporter des statues, des vases, etc.

Par extension, podium est employé à propos de diverses plates-formes et grandes estrades, de planchers surélevés servant de scènes (… et c’est sur la scène du théâtre du collège et lycée La Rochefoucauld [Paris-7e] que furent couronnés les lauréats du premier concours de culture générale de Paris, samedi 11 avril).

 

*****

 

Rappel : la dictée de Tours se déroulera samedi 18 avril : DDEC, 33, rue Blaise-Pascal (à côté de la gare ).

L’inscription est vivement souhaitée, et  il est bienvenu de le faire le plus tôt possible, afin de permettre aux organisateurs locaux de préparer au mieux la salle.

Renseignements et inscriptions : 06 83 24 65 33.  communication.dlf.tours@orange.fr

 

 +++++

Xavier Jaillard, comédien, metteur en scène, auteur dramatique, éminent membre de l’Association des Amis d’Alphonse Allais et de l’académie Alphonse Allais, vient de publier, aux éditions Scrinéo, Vers l’ouest, un premier roman composé de deux récits parallèles. René de Obaldia, de l’Académie française, témoigne que ce livre « le touche particulièrement par la profonde humanité de l’auteur ». Les destins croisés des deux personnages se lisent comme un véritable  roman  policier,  mais   ce  livre  bien écrit n’est pas qu’un « polar »…

Le livre sera présenté, et dédicacé,  le jeudi 16 avril, de 18 à 20 heures, à la librairie du Théâtre du Rond-Point, 2 bis, avenue Franklin-Roosevelt, 75008 Paris.

Métro : Franklin-Roosevelt et Champs-Elysées-Clemenceau.

Publicités

Les commentaires sont fermés.