Le mot du 4 juin 2015

unanimité

 

            Des dirigeants, des responsables de partis, de mouvements, de syndicats, d’associations, de clubs, de collectivités quelconques, mettent en avant, pour s’en féliciter, l’accord général exprimé  –  lors de congrès, d’assemblées générales, de symposiums… – par les militants, par les adhérents, par les affiliés. Il est de bonne guerre, pour ces personnes rompues aux astuces de langage, de présenter ainsi les choses, car cette présentation correspond effectivement à une réalité… du moment.

            Mais l’observateur impartial doit faire remarquer que l’unanimité du jour n’est plus du tout l’unanimité d’hier quand la moitié ou les trois quarts des adhérents ont déserté en quelques mois les rangs du mouvement, du syndicat ou de l’association ; quand le nombre des sympathisants convaincus a fondu récemment comme beurre au soleil, a rétréci comme peau de chagrin…

            L’étymon est le latin unanimitas, « accord, concorde, harmonie ».

      On se gardera de dire ou d’écrire : « à la totale unanimité » (ou : « à l’unanimité totale »), « tous à l’unanimité », ou encore « tous unanimes », qui sont d’incontestables pléonasmes enfonçant des portes ouvertes !

*****

La question du jour :

            « Pourquoi la phrase : « Sur cette route, la distance entre chaque arbre est constante  » serait-elle incorrecte ? »

            Tout simplement parce que cela est un non-sens, un illogisme… « Chaque arbre » équivaut à « chacun des arbres ». Or, pour qu’il y ait un intervalle de temps ou d’espace, il faut qu’il y ait DEUX choses.  La formulation correcte – parce que répondant au bon sens, à la logique – est : « … la distance entre deux arbres (ou : … la distance entre les arbres».

*****

 

La citation du jour :

            « Tout ce qui est excessif est insignifiant. » (Talleyrand.)

Publicités

Les commentaires sont fermés.