Le mot du 18 juin 2015

rétropédalage

 

            Les commentateurs font ces jours-ci de Mme Ségolène Royal la reine du rétropédalage… Puisque le terme appartient, en premier, au domaine du cyclisme, on pourrait dire de la ministre de l’Écologie qu’elle en est la « petite reine » ! Je précise, pour les Béotiens en cyclisme, que « petite reine » désigne depuis plusieurs décennies la bicyclette des coureurs, en raison du succès énorme remporté par les courses cyclistes, l’essor des grandes classiques et des compétitions par étapes au XXe siècle.

            Mme Royal, face aux vives réactions suscitées en Italie par ce que certains appellent sa « Nutellaphobie » (la ministre a accusé le Nutella, produit de la marque italienne Ferrero, de contribuer gravement à la déforestation en raison de son recours massif à l’huile de palme), et alors que les relations entre Rome et Paris sont déjà tendues à cause du problème des migrants bloqués entre Vintimille et Menton, a décidé de faire un pas en arrière, de pratiquer le rétropédalage en présentant ses excuses…

         Pour autant, il semble injuste de faire de Mme Royal la personnification de l’amateurisme en politique, la princesse de l’abandon, l’impératrice de la pirouette, la Palme d’or de la reculade. Depuis des lustres, un grand nombre de politiciens, toutes opinions confondues,  ont pour  démarche « un pas en avant, deux pas en arrière ». Soit parce qu’ils avaient soutenu des dossiers mal préparés, soit parce qu’ils avaient volontairement avancé de pseudo-propositions afin de tester l’opinion publique et de se calquer ensuite sur le sentiment de la majorité. Les reculades découlent aussi, et le plus souvent, de la peur devant les réactions des innombrables groupes de pression et groupes d’intérêt alors que les politiciens sont, dans ce pays, quasiment tout le temps dépendants des multiples campagnes électorales.

        Au sens propre, le rétropédalage (en un seul mot, sans trait d’union) est un système de  freinage sur vélo inventé par l’Allemand Ernst Sachs en 1903 : l’année de la création du Tour de France !  C’est, plus simplement, le fait de pédaler dans le sens contraire au sens normal…

*****

La question du jour :

« Faut-il dire : « infesté de… » ou « infesté par… » ?

            Les deux constructions sont licites. On dit : « La capitale de ce pays est infestée d’espions… » et aussi : « Cet immeuble est infesté par les cafards ».

La citation du jour :

            « La bravoure procède du sang, le courage vient de la pensée. » (Napoléon Bonaparte.)

 

 

 

 

 

 

Publicités

Les commentaires sont fermés.