Le mot du 7 juillet 2015

« sunburn art »

 

     J’utilise des guillemets en guise de pincettes pour parler moi aussi   –  puisque tous les médias, toujours avides de se précipiter en cinq sec sur les anglo-américanismes qui peuvent faire le buzz, consacrent  de la salive et de l’encre à ce « concept artistique » —  du « sunburn art ».  Mon propos découle donc de l’obligation de suivre l’actualité, et non de la moindre considération à l’égard de ce prétendu « art » et des crétins qui le pratiquent.

            Pour informer les personnes qui n’auraient pas encore vu ni entendu ce syntagme anglais, le « sunburn art » consiste très intelligemment (c’est une antiphrase, bien sûr) à prendre volontairement des coups de soleil afin d’obtenir sur son corps une espèce de tatouage provisoire. Après quelques heures d’exposition forcenée au soleil, on obtient –  en blanc ou en rose clair, ou en brun clair pour les peaux les plus mates –  un « tatouage » résultant du motif dessiné auparavant sur la peau avec de la crème solaire ou via un « pochoir » en tissu ou autre matière. Le tout sur fond bronzé… ou rouge vif !

            Les narcisses imbéciles qui se livrent à cet « auto-tatouage » s’exposent donc  pendant des heures aux rayons du soleil… et s’exposent également, du coup, à développer des mélanomes, des cancers graves de la peau, entre autres conséquences sur leur santé. On ne mentionnera que par acquit de conscience le « joli » résultat que doit entraîner chez beaucoup la peau en train de peler.

            Il n’y a aucune raison de faire de cette mode sans intérêt, exclusivement suivie par des idiots et idiotes, un nom propre de concept artistique !  Il faut donc rejeter les graphies SunBurn Art ou Sunburn Art, même si ces mots sont guillemetés. La seule forme acceptable est « sunburn art », éventuellement en caractère italique,  sans la moindre majuscule et entre guillemets préservatifs…

            Clin d’œil : aux États-Unis, dans les églises et en été, les « gosses pèlent »…

 

 

 

Advertisements

Les commentaires sont fermés.