le mot du 22 juillet 2015

Mercredi 22 juillet 2015

La question du jour :

            « L’expression « s’en donner à cœur joie » me fait douter de l’accord du participe… Ma phrase exacte est : « Ils s’en sont donné(s) à cœur joie ». Doit-on considérer le « s’ » comme complément d’objet indirect, et donc ne pas faire l’accord, ou bien considérer que ce pronom est inanalysable, et donc faire l’accord avec le sujet ? Je penche plutôt pour la seconde solution, mais, dans le doute, je préférerais avoir votre avis. »

 

            Donner n’est pas un verbe essentiellement pronominal.  C’est un verbe transitif pouvant avoir des compléments d’objet directs et des compléments d’objets indirects.

            Le cas que vous citez peut assurément susciter la perplexité quant à la nature et au statut du en…  Un en qui a toujours bien souvent embêté les linguistes et grammairiens quand il a fallu l’analyser. On raisonne de la façon suivante : « ils ont donné à s’ » (complément d’objet indirect)  « de cela » (en), également indirect. Donc invariabilité.

*****

 

La citation du jour :

« On ne peut rien dire de si absurde qui n’ait déjà été dit par un philosophe. » (Cicéron.)

Les commentaires sont fermés.