Le mot du 26 juillet 2015

question du jour, bourde du jour, citation du jour, du 26 juillet 2015

La question du jour :

            « Pouvez-vous me dire s’il est possible de parler d’UN œuvre lorsqu’on évoque le travail d’un artiste toujours vivant, et donc dont l’œuvre est en cours… Le masculin me donne un sentiment d’hommage posthume, comme si l’on prenait en compte l’œuvre achevé(e). »

 

            Œuvre a changé de genre plusieurs fois au cours des siècles. Redevenu féminin, il ne l’a fait qu’en réservant quelques exceptions : le gros œuvre d’une construction, le « grand œuvre » (la pierre philosophale), l’œuvre gravé de Salvador Dali, l’œuvre entier de Gounod. Se dit moins, quoique licitement, pour des œuvres littéraires.

            La tendance est en effet pour la désignation posthume ; mais l’emploi du masculin pour l’œuvre entière et considérable d’un artiste vivant est une extension dont un usager de la langue française peut risquer d’encourir le reproche. Toutefois, cet emploi du masculin d’œuvre en cette acception n’est suivi que dans certains milieux, et, comme le dit, entre autres, le réputé linguiste et grammairien Joseph Hanse (Nouveau Dictionnaire des difficultés du français contemporain),  le mot  « est aujourd’hui plus souvent féminin lorsqu’il désigne au singulier l’ensemble des œuvres d’un artiste, d’un écrivain ».

 

*****

 

La bourde du jour :

            Un certain nombre des ennuis dont la SNCF [… et ses usagers] a souffert ces dernières semaines ont découlé de pannes, d’accidents, touchant les caténaires, ces câbles conducteurs suspendus qui alimentent en électricité les locomotives. Contrairement à ce que croient et disent nombre de présentateurs et journalistes de radio et de télévision, caténaire est un mot FÉMININ. Pour ne pas les suivre dans leur bévue, il faut avoir en tête que ce mot vient du latin catena, « chaîne » : « Une caténaire a été arrachée sur plus d’une vingtaine de mètres »

*****

 

La citation du jour :

            « L’homme sans volonté est aussi déplacé dans ce monde qu’un papillon dans l’océan ». (Henri-Frédéric Amiel.)

Publicités

Les commentaires sont fermés.