Le mot du 5 août 2015

juste

 

            Un des derniers tics de langage à la mode est l’emploi à tout bout de champ du mot juste… Pas une réplique de dialogue de feuilletons télévisés sans que surgisse ce tic devenu un TOC verbal, pas une interview sans que l’un des interlocuteurs utilise… comme de juste, si l’on peut dire, ce petit mot rimant avec robuste, flibuste, et qui nous tarabuste.

            Juste, est-il besoin de le rappeler, est un substantif (dormir du sommeil du juste), un adjectif (ce pantalon est trop juste), un adverbe (Dupaillon ne parle pas toujours juste)… L’adverbe ayant surtout comme acception « précisément, exactement, conformément aux normes… ».

            Dans l’emploi abusivement répétitif noté aujourd’hui, juste est le plus souvent un atténuatif, une sorte d’ « adverbe préservatif » employé à la place de « vraiment », « assurément » : « C’est juste incroyable ».  « C’est juste scandaleux »…  et non à la place de « seulement », « à peine »… Mais l’emploi du  terme avec cette dernière signification est également courant, ce qui peut aboutir à des contresens si le contexte n’est pas clair.

            En argot du XIXe siècle, on a appelé « la juste » chaque cour d’assises.

*****

La citation du jour :

            « Il ne faut pas juger les gens sur leurs fréquentations. Tenez,  Judas, par exemple : il avait des amis irréprochables. » (Attribué à Verlaine.)

Publicités

Les commentaires sont fermés.