Le mot du 15 septembre 2015

question du jour + articulet « dico » du jour + citation du jour

mardi 15 septembre 2015

 

La question du jour

            « Faut-il écrire « la der des der » ou « la  der des ders » ? »

            La graphie traditionnelle est : « la der des der », expression popularisée au sujet de la guerre de 14-18, dans l’espérance  –   la « grande illusion »  –  qu’elle serait la dernière guerre sur terre.  L’orthographe se justifie par le fait  qu’il s’agit de deux fois la même apocope : « la der(nière) des der(nières) ».  Cette orthographe est donc très fréquente, y compris au masculin, avec des significations très différentes : « la der des der / le der des der » =  le tout dernier, la toute dernière, qu’on puisse prendre ou trouver (« Bon, un dernier verre, alors, mais c’est le der des der ! » ; « C’est le dernier hameau, le der des der avant la frontière… » ; « « C’est la der des der, la meilleure des javas », proclamait Fréhel dans une chanson justement intitulée la Der des der »).  Ou bien  =  « le  dernier  /  la  dernière paru(e), sorti(e), à la toute dernière mode »  (« C’est le fin du fin, la der des der des coiffures »). Ou, encore =  « c’est le/la plus méprisable de(s)… » (« C’est le der des der des usuriers ! »).

            Avec « le/la der des ders », expression qui partage évidemment les mêmes acceptions, il n’y a qu’une apocope, sur le premier der,  tandis que ders est alors une abréviation pour « dernières », d’où le s final (cf. le livre de Didier Daeninckx  le Der des ders).

            Les deux orthographes sont licites, découlant de raisonnements différents…

 

*****

 

L’articulet « dico » du jour

confetti  n. m.

Ce mot italien est francisé depuis longtemps (qui dirait, aujourd’hui, en respectant la forme italienne : « Tu as un confetto dans les cheveux ! » ?). Au singulier, on a donc un confetti, et, au pluriel à la française : des confettis.

 

*****

 

La citation du jour

            « En politique, il faut suivre le droit chemin. On est sûr de n’y rencontrer personne. » (Bismarck.)

Publicités

Les commentaires sont fermés.