Le mot du 5 novembre 2015

schlague

 

            Alors qu’il a souvent multiplié les coups de menton à la Mussolini lors de ses interventions à l’Assemblée nationale ou au cours de conférences de presse, M. Manuel Valls  atténue cette attitude, ou cette image, d’homme trop autoritaire, en soutenant tout récemment qu’on ne peut pas gouverner « à la schlague ».

            Schlag est un mot allemand qui signifie « coup ». Schlaguer, schlague, schlagueur (caporal schlagueur, préposé aux punitions)  sont apparus dans des textes français entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe. Ce que l’on appelle la schlague était un châtiment disciplinaire en usage dans les armées prussienne, allemande et autrichienne, et consistant en coups de baguette (cinglante), en coups de bâton ou en coups de plat de sabre.

            « Gouverner à la schlague », c’est donc conduire les affaires de manière autoritaire et brutale, dure, implacable.

            Les politiciens aimant bien recourir aux termes de marine, ils pourraient aussi employer « gouverner à la garcette » : la garcette (peut-être de l’espagnol garceta, « cheveux de la tempe tombant sur les joues et qu’on porte tressés ») était une petite tresse faite de vieux cordages, et avec laquelle on frappait les matelots punis.

*****

 

La bourde du jour

    Grosse boulette sur Radio Classique jeudi 5 novembre au matin… Une journaliste commente rapidement l’actualité : le footballeur Karim Benzema est en garde en vue dans l’affaire de la sextape [vidéo de sexe] « qui vise aussi […] Mathieu Valbuena ». Non !  Le premier est interrogé sur son rôle éventuel, volontaire ou involontaire  –  aucune inculpation ne le… vise au moment où ces lignes sont rédigées, il est seulement entendu comme témoin – dans cette affaire de chantage présumé dont aurait été victime le second.

      Dans cette rocambolesque affaire dont Télé-Loisirs, sur son site, dit qu’on nous « rabat (autre bourde de français !) les oreilles », M. Valbuena est seulement coupable… d’avoir filmé ses ébats avec une jeune femme, et d’avoir sans doute commis des imprudences qui auraient permis à d’aucuns d’en prendre connaissance (de quelle façon ?… je l’ignore). De là la tentative d’exercer un racket sur le cinéaste amateur…

        M. Valbuena a jugé bon de filmer des activités qui relèvent de l’intime, cela le regarde (aussi sa partenaire). Cette vidéo est parvenue, dans des conditions que les enquêteurs et la justice devront éclaircir (ou qui ont déjà été plus ou moins éclaircies ?), dans les mains de personnes qui auraient tenté de faire chanter le joueur de l’Olympique lyonnais. Ce dernier n’est pas « visé aussi » dans cette affaire, c’est-à-dire suspecté : il est le plaignant.

             

Publicités

Les commentaires sont fermés.