Le mot du 12 décembre 2015

hystériser

 

            Parmi les termes les plus récurrents utilisés ces derniers jours figure le verbe hystériser,  absent du Petit Robert, mais ayant bien ses entrées, en tout cas son entrée, dans le Petit Larousse : « v. t.   Provoquer chez quelqu’un une agitation extrême : Ce chanteur hystérise son public ».

            C’est évidemment la campagne des élections régionales qui entraîne cet emploi abondant tant chez les candidats et les partis qu’au sein des médias. De la dramatisation surfaite, surjouée, outrancière  –  qui rappelle le jeu de comédiens ringards, de bateleurs minables  –  à la calomnie très venimeuse et aux propos indignes de chaque don Bazile du monde politique,  tout concourt à l’hystérisation…  Celle-ci n’a rien à faire dans des débats démocratiques, honnêtes,  où les confrontations peuvent, néanmoins, être sévères, dures, virulentes.

 

*****

 

La question du jour

            « Faut-il écrire : des boucles d’oreille ou : des boucles d’oreilles ? »

            L’usage a tranché en faveur du pluriel : des boucles d’oreilles,  parce que ces accessoires sont, en principe, utilisés par paire.  On vend, on achète des boucles destinées aux DEUX OREILLES.

 

*****

 

L’articulet « dico » du jour

quelconque  adj. ind. et adj.

            S’accorde en nombre :  des meubles quelconques,  des poèmes quelconques ( = médiocres, de peu de valeur, sans qualité).

 

 

*****

La citation du jour

            « La démagogie est un mal bien français. Ce jeu sinistre, qui nous avilit et nous ruine, requiert d’un côté des menteurs, et de l’autre des dupes. »  (Gilbert Cesbron.)

 

*****

 

Le proverbe du jour

            « La vérité est bonne à dire, mais elle peut être amère. »

Les commentaires sont fermés.