Le mot du 30 décembre 2015

« Ce n’est pas n’importe qui »

 

            Cette formule très usuelle est parfois employée de telle sorte qu’elle peut prendre fâcheusement un faux sens… Il n’est pas erroné de le ressentir ainsi quand on entend, comme ce matin 30 décembre, sur une radio publique, une journaliste dire d’un fanatique tué au Moyen-Orient : « Ce n’est [n’était] pas n’importe  qui  ».   Pour  tout  usager  du  français,  la signification première est : « C’est quelqu’un de bien connu », « ce n’est pas quelqu’un de négligeable »…  D’où, par rebond : « C’est une personnalité qui sort de l’ordinaire,  voire qui est remarquable, admirable »…

     En réalité, le seul constat que l’on puisse faire, compte tenu des éléments d’information diffusés,  est que l’individu dont il est question avait, semble-t-il, des liens avec des terroristes  convaincus ou suspectés d’avoir commis ou préparé   des   attentats.   Il   était   donc   proche   de personnes  qui,  elles,  sont  « connues »  des   services   de   sécurité,   des   enquêteurs.  De  là  à  en  faire…    « quelqu’un », il y a une marge !!

*****

La citation du jour

            « Le fanatisme est aveugle. Il rend sourd et aveugle. Le fanatisme ne se pose pas de questions. Il ne connaît pas le doute : il sait, il pense qu’il sait. » (Élie Wiesel.)

 

 

*****

Le proverbe du jour

 

            « On ne vide pas l’océan avec un coquillage. »

 

 

 

Publicités

Les commentaires sont fermés.