Le mot du 14 février 2016

« Les dents qui rayent (ou : qui raient) le parquet »

Cette expression familière est fort usitée à propos d’arrivistes forcenés (hommes et femmes) qui veulent accéder au pouvoir ou à l’argent, aux deux de préférence pour certains. Et à la célébrité…

Balzac aurait pu employer la formule à propos de son Rastignac, et Joseph L. Mankiewicz pour sa Ève (All about Eve, 1950, avec Bette Davis et Anne Baxter ; d’après la nouvelle de Mary Orr, The Wisdom of Eve, parue en mai 1946 dans Cosmopolitan).

De la notion d’ « être affamé » au sens propre on est passé au sens figuré d’avoir faim d’honneurs, d’argent, de pouvoir, d’être ambitieux et avide. Pour atteindre cet objectif, il faut avoir les dents longues, si longues, même – bien plus longues que celles d’un vampire (le carriériste est une sorte de vampire, d’ailleurs) – , qu’elles en viennent à… rayer le parquet !

Habileté, intrigue, flatteries, magouilles, duplicité, etc., les carriéristes ont tout un arsenal à leur disposition pour arriver à leurs fins, s’appuyant la plupart du temps sur les intérêts, rivalités, arrière-pensées d’autrui, notamment en politique ou au sein des grands médias.

 

*****

 

La citation du jour

            « Il n’y a pas d’homme cultivé. Il n’y a que des hommes qui se cultivent. » (Maréchal Foch.)

 

*****

 

Le proverbe du jour

            « Quand ma fille est mariée, tout le monde la demande. » ( = Quand une affaire jusqu’alors dédaignée a été conclue, parce que quelqu’un s’y est intéressé, quantité d’autres personnes s’y intéressent soudainement.)

 

 

*****

 

Le trait d’esprit du jour

            Un jeune photographe avait été envoyé pour tirer le portrait de Winston Churchill, à l’occasion du quatre-vingtième anniversaire de l’homme d’État. Impressionné, le jeune homme dit au vieux lion : « Sir Winston, je suis vraiment enchanté de vous prendre en photo pour vos quatre-vingts ans, et j’espère que je serai encore là pour vos cent ans ». Pince-sans-rire et malicieux, Churchill répliqua gentiment : « Mais, jeune homme, vous me semblez en pleine forme et de bonne constitution. Je ne vois donc pas pourquoi ce ne serait pas le cas. »

Publicités

Les commentaires sont fermés.