Dictées à venir mars 2016

RAPPEL : demain mercredi 9 mars 2016, à partir de 14 heures, 2e Salon de la langue française de la Mairie du 7e arrondissement (à la mairie du 7e). Avec la « Dictée ludique pour tous » et des animations pour juniors et seniors. Et, samedi 12, la dictée de Tours, à 14 heures (s’inscrire, SVP : le nombre des places est limité à cent !).

*****************************

 

chiottes

 

            Mme Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, s’emploie à adapter son vocabulaire au lexique des élèves du primaire, entre autres… Certes, ce n’est pas « caca boudin », mais le rapprochement n’est pas sans fondement (hum), puisque, sur France Info, l’Éminence a employé un terme très populaire, encore considéré même comme trivial, synonyme de « cabinet » et de « lieux d’aisance ». Un endroit où les spectateurs des rencontres de football envoient verbalement très souvent les arbitres…

La ministre a textuellement déclaré, à propos des rumeurs courant sur une éventuelle démission du Premier ministre, qui aurait été évoquée par Manuel Valls lui-même lors d’un conseil restreint : « Je ne me suis jamais prêtée aux bruits de chiottes qui consistent à raconter ce qui n’a pas à être raconté ». Les commentateurs habituels se sont précipités pour faire, comme d’habitude, tout un tapage, tout un battage, autour du superficiel, autour du mot argotique… alors que le plus important n’est peut-être pas là.

Que dit en effet Mme Vallaud-Belkacem ?… Elle fustige celui, celle ou ceux qui auraient rapporté ce qui a été dit au cours de la réunion, ceux qui bavassent, ceux qui jactent, ceux qui divulguent des propos sans respecter l’obligation de réserve. Mais elle ne dément pas la tenue du propos, elle ne dit pas : « … qui consistent à colporter des choses inexactes, fausses, mensongères ».

Bien connu de tous ceux qui ont fait leur service militaire comme simples bidasses (« Serez de corvée de chiottes pour huit jours ! Rompez ! », glapit l’adjudant de semaine), le mot chiottes est un dérivé du verbe chier. Sa première apparition écrite remonte à 1787, selon le Trésor de la langue française du CNRS.

 

Publicités

Les commentaires sont fermés.