Le mot du 20 mars 2016

INFO : dictée de Sèvres  =  Le podium des champions a été formé de Mme Solange Pascarel et de MM. Gérard Glotin et Daniel Malot. Ce dernier (rappelons qu’il fut en quelque sorte, comme Paul Levart, l’un des « champions du monde d’orthographe », par sa victoire à l’une des éditions de la fameuse « dictée des Amériques », au Québec, qui réunissait les meilleurs représentants de plusieurs dizaines de pays), a obtenu le meilleur résultat, avec 1/2 faute. Mais ses dauphins n’étaient pas loin !

Merci au Centre international d’études pédagogiques (CIEP), qui accueillait cette dictée dans la magnifique grande bibliothèque remise à neuf, merci à la maire adjointe à la culture pour sa présence, et merci à tous les participants !

 

*****

 

La question du jour

Dimanche 20 mars 2016

 

            « Écrit-on « dans les années deux mille » ou « dans les années 2000 » ? Quelles sont les références en la matière ? J’ai trouvé « les années trente », mais les journaux emploient plus couramment « les années 2000 ». Merci beaucoup de votre aide. »

Les millésimes s’écrivent en chiffres, sauf en poésie, bien sûr, où un versificateur pourra écrire mil (ou mille) six cent dix… Traditionnellement, on écrit : l’an mille et (moins souvent) l’an deux mille, mais l’on peut très bien adopter l’an 1000 et l’an 2000. La graphie mil est une préciosité appartenant en particulier aux actes notariés, à des actes officiels : Signé le 3 février de l’an mil sept cent quatre-vingt-seize. C’est un usage ancien, qui tombe en désuétude, et aujourd’hui c’est mille qui est adopté.

Lorsque l’on parle de décennies appartenant au siècle actuel, ou bien au siècle précédent dès lors qu’il ne saurait y avoir de confusions, on peut abréger, en supprimant le millésime et le siècle : le Belge Eddy Merckx a régné sur le cyclisme dans les années soixante et soixante-dix. La version en chiffres arabes des décennies, dans ces mêmes cas, est également tolérée : … dans les années 70 et 80. Quand on renvoie à une année, l’abréviation n’est acceptée, à l’écrit, que dans le style familier, populaire : En 46, la famille s’installe à Pantin… Hors ce contexte, l’année s’écrit en entier : En 1946, la famille…

Pour éviter des erreurs d’interprétation, on n’a pas recours à l’abréviation lorsqu’il s’agit de siècles plus anciens : « À partir des années 80, environ, on surnomme cette période « la Belle Époque » ». Il faut écrire : « À partir des années 1880, environ, on surnomme… » (sauf, à la rigueur, si le contexte expose clairement que l’on se trouve dans le XIXe siècle… mais l’abréviation sera tout de même ressentie comme appartenant au style relâché).

Publicités

Les commentaires sont fermés.