Le mot du 26 mai 2016 (1)

Comment ça va ?

 

La petite phrase de M. François Hollande « ça va mieux » a suscité une pléthore de commentaires marqués par l’amusement, l’ironie, le sarcasme, ou, plus rarement, par l’approbation de convaincus. Compte tenu du contexte général sur fond de contestations, de manifestations, de grèves qui suscitent dans les médias mondiaux des articles parfois délirants, le propos semble « hors-sol », irréaliste, voire peut être jugé mensonger. Si l’on retient uniquement les deux embellies mensuelles successives dans le domaine de l’emploi (embellies peut-être relatives : il faut considérer toutes les catégories de chômeurs…)  – et aussi les commandes mirifiques d’avions et de bateaux  –, la formule apparaît alors comme justifiée, honnête, légitime…  En fait, il faudra plus de temps pour porter sur cette petite phrase un jugement équitable.

… Avec humour, on peut s’amuser, tel Umberto Eco, à fabriquer de faux « mots historiques » en imaginant ce que certaines personnalités de l’Histoire auraient pu répondre à la question « Comment ça va ? ».  Ainsi Benjamin Franklin : « Ça va du tonnerre ! » ;  le pharmacien et psychologue Coué : « Ça va bien, ça va bien, ça va bien, ça va bien… » ; Archimède : « Ça baigne ! » ; Cyrano de Bergerac : « À vue de nez, bien… » ; le  chirurgien Velpeau : « Ça gaze » ;  Napoléon : « Ah ! ça se corse ! » ;  Marat : « Ah ! ça ira ! » ; Icare : « Je me sens bien bas, tout à coup ! » ; Einstein : « Relativement bien » ;  les frères Montgolfier : « Nous sommes tout regonflés ! », etc.

Publicités

Les commentaires sont fermés.