Le mot du 22 juin 2016 (3)

bastille

 

            Le 14 juillet 1789,  le peuple parisien prit la citadelle-prison qui, à sa création, avait été une porte de Paris puissamment fortifiée par Charles V, puis par Charles VI. Cette forteresse militaire devint une prison d’État à partir du règne de Louis XII, et l’on y enferma dorénavant tous ceux qui y étaient envoyés sur lettre de cachet des monarques successifs. Ces « hôtes de marque » étaient plutôt bien traités, il faut le dire…

Cette « bastille de Paris »  –  le mot bastille, issu du provençal bastida, en avait gardé l’acception d’ « ouvrage fortifié »  –  devint au fil des siècles « la Bastille », au sens absolu, avec une majuscule.   Étant donné son emploi, elle symbolisa l’arbitraire royal, le régime monarchique, avec toutes ses inégalités et ses injustices.

Le 13 juillet, c’est l’émeute après le renvoi de Necker et les rumeurs sur la concentration de troupes  royales… et aussi de brigands. Un comité permanent du tiers état s’installe à l’Hôtel de Ville et une milice bourgeoise est constituée, afin d’assurer l’ordre. Des armes sont prises aux Invalides, et l’on réclame aussi des armes au gouverneur de la Bastille, pour les distribuer à cette milice. Le gouverneur, Launay, refuse de les donner, hésite puis fait tirer sur la foule. Disposant de canons dans un second temps, les assaillants viennent aisément à bout de la faible garnison.

Intrinsèquement, la prise de la Bastille ne fut pas vraiment un événement militaire considérable, mais elle marqua les esprits : le peuple venait de remporter une victoire sur la monarchie, sur l’Ancien Régime et ses inégalités. Le 14-Juillet devait devenir, en 1880,  la date de la fête nationale française…

Le 23 juin 2016, les syndicats opposés à la loi El Khomri auront le droit de défiler sous haute « protection-et-surveillance », sur… un peu plus d’un mile, environ 1 800 mètres, autour du bassin de l’Arsenal, avec départ et arrivée  place de la Bastille. Avoir obtenu cette permission de se balader est présenté comme un événement considérable par  les uns ; avoir cantonné la manifestation à cette promenade qui, à pied et à allure de badaud, doit faire dans les vingt minutes, est présenté comme un événement considérable par les autres…

 

*****

 

 

 

 

Publicités

Les commentaires sont fermés.