Le proverbe du 9 juillet 2016 (3)

Le proverbe du jour

« Si vous ressentez vos chaînes, vous êtes déjà à moitié libéré. »

De prime abord, ce proverbe semble être d’un optimisme absurde. Si l’on est fermement enchaîné à fond de cale ou au fond d’un cachot, il paraît bien utopique, voire insensé, de se considérer comme jouissant d’une semi-liberté.

Mais s’il s’agit de chaînes sociales et  – économiques  –, si l’on prend conscience de subordinations injustifiées, d’aliénations entraînées par l’injustice sociale, cette prise de conscience est un premier pas très important pour, à terme, se libérer de ces sujétions abusives.

*****

Publicités

Les commentaires sont fermés.