Le mot du 9 octobre 2016 (1)

La maladresse d’écriture du jour

 

« Maladresse » est un euphémisme, ici, pour parler d’une erreur grammaticale avérée : on ne peut pas avoir un complément  qui dépendrait à la fois d’un verbe transitif direct et d’un verbe transitif indirect.  Donc, on ne peut pas dire ni écrire, par exemple : « Les grenadiers de la Vieille Garde obéissaient et aimaient leurs officiers sortis du rang »… sauf si obéir est compris au sens absolu.  Dans ce dernier cas, un adverbe s’imposerait (obéissaient aveuglément) ou bien il s’avérerait plus que souhaitable de modifier la tournure de la phrase : « Les grenadiers de la Vieille Garde, réputés pour leur obéissance totale à leurs supérieurs, aimaient leurs officiers sortis du rang ».

Si officiers est bien un complément des deux verbes obéir et aimer,  il faut recourir à des constructions correctes telles que : « Les grenadiers de la Vieille Garde aimaient leurs officiers sortis du rang, et leur obéissaient aveuglément ».

 

*****

Publicités

Les commentaires sont fermés.