Le mot du 8 octobre 2016 (3)

La maladresse d’écriture du jour

 

Carl Schonstrǿm et Harald Madsen sont deux comédiens danois aujourd’hui bien oubliés, mais qui eurent leur heure de gloire dans les années 1920-1940 (50 films à leur actif, principalement à l’époque du cinéma muet). Leur tandem comique  – Fy og Bi, en danois  – reposait sur l’opposition physique des deux acteurs, d’où le nom de leur duo en français : Doublepatte et Patachon (en Grande-Bretagne : Short and Long ; sinon, en Allemagne : Pat und Patachon, et, aux États-Unis, Ole and Axel). L’un d’eux était très grand, sans être dégingandé ; l’autre d’un physique ordinaire, pas trop rondouillard. On avance qu’ils ont inspiré Laurel et Hardy…

« Ils faisaient moins rire que pitié », estime un critique de cinéma. Ce jugement sévère correspond peut-être à la réalité ?…  (Je n’ai jamais vu ces acteurs dans un film.)  Ce qui est certain, en revanche, c’est que la construction de la phrase, elle, est erronée. Le journaliste aurait dû utiliser deux verbes à l’infinitif : « Ils faisaient moins rire que pleurer », ou bien deux substantifs : « Ils faisaient moins envie que pitié ». Car dans ce genre de construction où deux éléments se trouvent coordonnés ou confrontés, les deux termes (ou propositions) doivent être de même nature grammaticale : deux adjectifs, deux substantifs, deux infinitifs, etc.

Publicités

Les commentaires sont fermés.