Le mot du 25 octobre 2016 (1)

La bourde récurrente du jour

 

            S’il faut en croire de nombreux animateurs de radio et de télévision, et aussi, hélas, des journalistes, telles voitures « ont 15 % de chances d’être volées »,  et,  « en se risquant dans tel quartier,  on a  une chance sur deux d’être agressé »…

Certes,  la chance (du verbe choir, « tomber », de la même famille qu’échéance), façon dont les choses « tombent »,  peut, intrinsèquement, être bonne ou mauvaise. Mais le sens favorable l’emporte dans l’usage, et il est insupportable, aujourd’hui,  d’entendre ou de lire des phrases comme celles citées ci-dessus. À plus forte raison quand on entend ou lit (ce n’est pas rare !), et c’est atroce, des formulations telles que : « En France, chaque jour une femme a une chance sur trois d’être tuée par son conjoint, par son concubin1… ».

 

  1. Au-delà de l’énormité de la bourde de français, il y a bien cette réalité des violences conjugales : 148 femmes tuées en 2012, 126 en 2013, etc. (chiffres des ministères de l’Intérieur et des Droits des femmes).

 

*****

Publicités

Les commentaires sont fermés.