Le mot du 3 novembre 2016 (1)

Le mot du jour de l’actualité

 

nanar

 

Bertrand Tavernier propose un film-documentaire exceptionnel : Voyage à travers le cinéma français,  d’une durée de plus de trois heures, que tout cinéphile devrait se faire un devoir d’aller voir… Un devoir qui est en même temps un immense plaisir, quand bien même s’agirait-il d’un voyage dont l’itinéraire a été tracé par ce passionné en fonction de ses propres préférences. Les extraits choisis reflètent quelles sont, pour Tavernier, ses « petites madeleines » cinématographiques, mais son honnêteté l’a conduit à ne pas écarter des réalisateurs et des films qui ne sont pas forcément sa tasse de thé…

Puisqu’il envisage une suite qui serait beaucoup plus vaste, nous l’incitons personnellement à ne pas négliger ce que l’on appelle, parfois avec justesse, parfois abusivement, les « nanars ». Un « nanar », c’est, a priori, un film raté, d’une grande médiocrité, au scénario et aux dialogues indigents… desservis par de mauvais acteurs : un navet ! Pourquoi navet et son dérivé « nanar » ?  Eh bien, parce que le navet est considéré par beaucoup comme un légume sans saveur, fade… voire indigeste. On y ajoutera « naveton », peut-être encore plus dépréciatif.  Dès le XIIIe siècle, navet avait l’acception de « de peu de valeur », et, au XIXe, un très mauvais tableau était qualifié de navet.

            Mais, si le navet est purement et simplement un film raté, le « nanar », lui, est un film d’hier ou d’avant-hier dont la médiocrité réelle est effacée, à nos yeux, par une série de détails insolites, de gags involontaires, de numéros d’acteur étonnants, de trouvailles dignes de considération, même s’il faut attendre la fin du long-métrage. Puis, dans la plupart de ces « nanars »  figurent les « excentriques du cinéma français », ces acteurs des seconds et troisièmes rôles (mais pas que, pour certains !) qui firent, et font encore, les délices des cinéphiles.

S’il vous plaît, Bertrand, préservez de l’oubli les Pierre Larquey, Pauline Carton, Jean Tissier, Alerme, Jeanne Fusier-Gyr, Pierre Renoir, Carette, Jane Marken, Raymond Bussières, Saturnin Fabre, Fernand Ledoux, Noël Roquevert et compagnie !

 

*****

Publicités

Les commentaires sont fermés.