Le mot du 8 décembre 2016 (2)

La question du jour (et la réponse)

 

            « Dans un certain nombre de téléfilms, des personnages  –  le plus souvent des ados, mais pas seulement  –  disent de façon récurrente  :  « Arrête de me crier ! »  et  :  « Il m’a traité ! ».  Ces constructions sont-elles correctes ?… »

 

Non, bien sûr…  Les dialoguistes mettent dans la bouche de ces personnages le charabia censé être le langage courant des « djeuns » ou de personnes appartenant à des milieux populaires,  à ce que M. Jean-Pierre Raffarin appelle « la France d’en bas ».

Quand traiter  est ainsi employé, c’est-à-dire au sens d’ « insulter », il faut qu’il y ait un attribut du complément d’objet direct : « Il m’a traité de félon ! », « Il m’a traitée de souillon ! » ; ou, encore : « Il m’a traité de tous les noms ! ».   Sinon, on dit : « Ils m’ont insulté », « Il m’a injurié », etc.

« Il m’a crié »  est également  du sabir incorrect.  Il y a obligation de dire : « Il a crié contre moi », « Il m’a crié dessus ! » … ou : « Il m’a disputée », etc.  Les synonymes de différents niveaux ne manquent pas, par ailleurs, pour donner la nuance qui convient dans le dialogue : sermonner, enguirlander, gronder, sermonner,  engu…,  sonner les cloches,  morigéner, chapitrer…

Nous ne sommes plus à l’époque  –  vers 1900 – 1920  –  où la bienséance entraînait encore des auteurs de romans même populaires (au double sens de ce mot) à, par exemple, faire parler des Peaux-Rouges (on ne disait pas « Amérindiens », alors)… à l’imparfait du subjonctif et dans un français de haut niveau ! (Si, si, c’est vrai !)  Adopter pour chacun des personnages un langage en phase avec son âge, son milieu familial, son milieu professionnel, son environnement… ne saurait être critiqué.  Mais il faut avoir bien en tête que tous les recours aux jargons et argots  ne relèvent pas du « bon usage »,  du  français correct à utiliser normalement.

*****

 

Publicités

Les commentaires sont fermés.