Le mot du 7 janvier 2017 (1)

La question du jour (et la réponse)

 

« Peut-on désigner par périple un aller-retour à moto Paris-Compiègne effectué dans une journée ? »

 

La racine grecque peri  signifie « autour »… Le fait d’aller directement de Paris à Compiègne, puis d’en revenir par le même chemin le plus court  –  si c’est bien la signification du texte  –  ne peut donc pas être appelé « un périple »…  À ce compte-là, pourquoi ne pas qualifier l’avenue de l’Opéra, à Paris, de « boulevard périphérique » !?

D’abord : rigoureusement, un périple ne peut pas être autre chose qu’une circumnavigation, puisque l’élément grec plous, que l’on retrouve dans périple, veut dire « navigation ». Le mot devrait être cantonné à l’acception de « voyage maritime autour du monde, autour d’une partie du globe, autour d’un continent… ».  Et, compte tenu de l’étymologie, on devrait éviter de dire et d’écrire « périple autour », qui constitue une locution pléonastique.

Le vocabulaire d’une langue vivante évolue, et l’usage a fini par entériner l’emploi de périple au sujet d’un long voyage terrestre : « Le périple de ce jeune couple qui a parcouru en 2 CV toute l’Europe centrale, avec leur gamine de trois ans, avant de revenir à Marseille mérite d’être conté ! ».

Par une nouvelle extension qui s’est beaucoup répandue, en dépit des condamnations pour « emploi abusif » de la part de linguistes, périple en est venu à désigner couramment  tout voyage, touristique ou pas, de courte ou de longue durée. Mais cela reste en effet une utilisation critiquable s’il s’agit, par exemple,  d’un banal aller-retour direct en TGV  Paris-Le Croisic.

Le mot s’est surtout imposé avec la connotation plaisante, et le plus souvent volontairement excessive, de « parcours du combattant », de « déplacement difficile, compliqué », de « voyage ponctué de mésaventures », etc. : « Quel périple avant d’arriver enfin, dans le bon gratte-ciel de la Défense, au bon bureau, au 28e  étage, après avoir été « baladé » de service en service ! ».  On ne saurait s’opposer à cette acception…

 

*****

 

 

Publicités

Les commentaires sont fermés.