Le mot du 21 janvier 2017 (1)

La question du jour (et la réponse)

 

            « Faut-il mettre une majuscule au mot système quand il désigne l’establishment qui, aux yeux de certains, bloque la société et empêche que l’on soit vraiment en république ? Faut-il mettre des guillemets : « des candidats anti-Système » ?   « des candidats anti-« système »  » ou même « des candidats anti-‘Système’  » ?… »

 

L’orthotypographie se mêle ici à la politique… et quasiment au ressenti de chacun ! Sans connotation(s) particulière(s), le système est une abréviation pour le système politique. Pour s’efforcer d’être clair sans être trop verbeux, je crois qu’on peut définir système politique par « ensemble formé par les institutions politiques, les acteurs politiques, les normes politiques et par les rapports politiques ». Sous cette définition neutre, non connotée, je pense que la graphie normale  –  sans mise entre guillemets, sans majuscule  –  est à recommander.

Lorsque l’on veut exprimer des sentiments tels que la dérision, le mépris, l’hostilité, la colère, on recourt très souvent à la majuscule OU aux guillemets. L’association des deux paraît excessive… mais on peut se dire que le lecteur ne verra pas toujours dans la capitale l’intention hostile ou méprisante que le scripteur a voulu mettre en écrivant : le Système. Les guillemets seront généralement mieux compris, probablement, et il est préférable, alors, d’écrire : « Les travailleurs pauvres, les chômeurs, les jeunes rejettent en masse le « système »… ».

Rigoureusement, on devrait par conséquent écrire : les candidats anti-« système ». mais il peut être compréhensible d’y voir en quelque sorte un dérivé de « système », ce qui entraînerait la graphie : les candidats « anti-système ».

 

*****

Publicités

Les commentaires sont fermés.