Le mot du 28 janvier 2017 (2)

L’impropriété (ou le chauvinisme) du jour

 

Pour le journaliste de France 3 national parlant (vendredi 27, journal de la mi-journée) de la demi-finale de handball France-Slovénie disputée la veille, les Bleus  ont « écrasé » leurs adversaires 31 à 25.  « Écraser », alors que l’écart n’était que de 6 points…  Qu’eût dit l’enthousiaste reporter si le score avait été de 42 à 25, ou de 24 à 3 !!?  (Certes, ce sont là des scores que l’on ne constate pas à ce niveau…)

Les « Experts » ont fait un excellent match, dont il faut les féliciter,  et il ne s’agit pas du tout de le contester. Les Slovènes ont été constamment dominés au score, du début jusqu’à la fin du match, c’est vrai, mais il n’est pas justifié  –  ni très sportif  –  de prétendre qu’ils ont été « ratatinés », « écrasés »…

Quant à « Experts »,  qui l’emporte dans ce surnom : l’autodérision ou la vanité ?…  On a le droit de penser que les talentueux sportifs qui composent l’équipe de France de handball pourraient se passer d’un sobriquet qui peut s’avérer quelque peu gênant au soir de défaites (qu’on ne leur souhaite pas, bien sûr, mais qui, un jour ou l’autre, peuvent survenir). On a le droit de préférer les surnoms précédents, plus rigolos : les « Barjots »  ou les « Costauds ».

 

*****

 

Publicités

Les commentaires sont fermés.