Le mot du 26 février 2017 (2)

Le mot du jour :  zizanie

 

Zizanie : voilà un mot rigolo, amusant à prononcer !  Et qui peut contribuer à construire des phrases cocasses du genre : « Avec son parler direct, la Zazie zozotante de Queneau sème la zizanie ! »…

            « Semer la zizanie », ce fut d’abord, au sens propre, l’action de vraiment semer des graminées, dont certaines étaient comestibles, comme la folle avoine.  Mais zizanie a désigné aussi une mauvaise herbe ressemblant au blé : l’ivraie (du latin vulgaire ebriaca herba), qui contaminait les céréales et provoquait une sorte d’ivresse, d’état d’ébriété. Au sens premier, il a donc fallu séparer le bon grain de l’ivraie.

Par ailleurs, il semblerait que, pour nuire à des voisins, à des rivaux, des individus malintentionnés, des personnes malveillantes, auraient semé volontairement de l’ivraie dans les champs de blé d’autrui : ils semaient la zizanie !  Dans la Rome antique, cette mauvaise plaisanterie fut considérée comme un délit passible de sanctions… D’où l’acception figurée de « semer [mettre, jeter] la discorde », notée en français dès le XIVe siècle.

Zizanie est un synonyme de « désordre, désunion, dissentiment, dispute, brouille… ». Les motifs de chicane, de fâcherie, de bouderie, de bisbille, de chamaillerie plus ou moins graves étant légion,   les zizanies ne sont pas rares, en tous domaines.

César  –  appliquant la bonne vieille tactique de « diviser pour régner »  –    parviendra même à semer quelque temps la zizanie (d’où le titre du quinzième album d’Astérix du tandem Goscinny-Uderzo) au sein des Gaulois, chez qui le rusé Tullius Détritus va déployer tout son talent de semeur de discorde !

*****

 

 

 

 

 

Publicités

Les commentaires sont fermés.