Le mot du 26 février 2017 (3)

La faute du jour

            Parmi les fautes les plus récurrentes figure, comme je l’ai indiqué samedi 25 février lors de la conférence-débat donnée à Paris pour la Société française des traducteurs, l’emploi erroné de mille au pluriel quand ce mot est un adjectif numéral. Il s’agit bien d’une FAUTE, et non d’une banale bévue !

Les journalistes et animateurs des chaînes de radio et de télévision se sont d’ailleurs donné le mot, ces derniers jours, pour justifier mon propos, en insistant pesamment sur les liaisons, pour bien montrer qu’ils ont… mal compris ce que leurs instituteurs ou professeurs des écoles ont dû leur apprendre et leur répéter.  On a donc entendu à de multiples reprises, sur diverses chaînes des choses comme : « Le Salon de l’agriculture présente quelque trois mille[s] Z’animaux », « Cette rencontre a attiré plus de trente mille[s] Z’amateurs du ballon rond », etc.  (Si ce n’était pas fautif, car pléonastique, je serais tenté d’ajouter « etc., etc., etc. », tellement cette faute grossière est commise.)

Essayons, une fois encore, de « remonter le tas de sable », selon l’expression familière,  en rappelant que mille est un mot INVARIABLE quand il s’agit de l’adjectif numéral :  deux mille euros,  Cela a rapporté un bon paquet de mille !, quatre mille huit cents dollars, Les dix mille autres euros seront affectés aux travaux de rénovation…

 

*****

Les commentaires sont fermés.