Le mot du 27 février 2017 (1)

Le mot du jour  :   pie(-)noir

 

Fille d’Akénaton et de Capucine, Fine* est la vedette du Salon de l’agriculture  2017. C’est une vache bretonne,  qui appartient donc à une race qui a failli disparaître dans les années 1970. Plus petite race de vache, la bretonne pie(-)noir  ne donne pas beaucoup de lait et n’est pas très intéressante non plus côté viande :  deux tares aux yeux de la majorité des éleveurs, qui se tournent vers des races plus productives.  Une réaction est heureusement  intervenue pour sauvegarder cet animal rustique sans lequel la Bretagne ne serait plus la Bretagne !

Une méprise entraîne certaines personnes à écrire « vache pis noirs »…  Mais les pis du bovin n’ont rien à faire ici !  Le nom est dû à une comparaison avec le plumage bicolore de la pie : si ce plumage fait apparaître deux couleurs, en l’occurrence le blanc et le noir, il en est de même pour la robe de la vache bretonne. La dénomination indique donc que ladite robe comporte deux couleurs : le blanc, qui est sous-entendu, et LE noir, tandis que chez les vaches dites « pie(-)rouge »  la robe est blanche avec des taches de roux, de brun-roux, de brun-rouge…

Le mot pie reste invariable, comme dans les voitures pie  (= qui sont de deux couleurs) de la gendarmeriedes étalons pie  (= dont la robe comporte deux couleurs), etc.  Le tout est donc invariable, avec ou sans trait d’union  –  mais l’usage tourne à l’avantage du trait d’union :  des génisses pie-noir, un troupeau de pie-noir… (idem pour pie-rouge, naturellement).

 

____________

*En principe, les noms donnés à des animaux restent dans le caractère  d’un texte : en romain dans un texte en romain, en italique dans un texte en italique, en gras dans un texte en gras, etc.  Ils ne sont pas mis entre guillemets.  Il peut y avoir des exceptions, compte tenu des circonstances, du contexte…

 

Publicités

Les commentaires sont fermés.