Le mot du 7 mars 2017 (2)

La faute du jour

            L’écoute des radios, la vision des chaînes de télévision, permettraient aisément de rédiger chaque jour un important recueil de bévues, de bourdes, de fautes de français et de « perles » de culture générale…  Il faut donc faire un tri, sélectionner de temps en temps les pires « hénaurmités », comme l’écrivit Flaubert, ou les balivernes les plus grotesques.

En ce Landerneau des médias (de l’audiovisuel) où la modestie n’est pas la vertu la plus courante, hélas, même si nombre de professionnels, surtout en presse écrite, observent une réserve digne de respect, prenons une faute notée ce jour sur BFMTV,  qui depuis quelque temps se prétend sans vergogne…  « la chaîne présidentielle » !

Il n’est pas normal qu’un journaliste de ladite chaîne utilise, à l’infinitif, un supposé verbe « incluer »…  Ce barbarisme fait partie des grandes bourdes classiques qu’on apprend à éviter dès que l’on suit une formation de journaliste, à défaut d’avoir appris, ou retenu, cela à l’école primaire.

S’il s’agit d’un lapsus linguae, qui peut toujours échapper un jour ou l’autre, on se reprend sur-le-champ brièvement : « …  le candidat a décidé d’incluer… pardon, d’inclure, dans son équipe Alex Térieur et Sarah Vigott (cf. Alphonse Allais ! ☺ ) ».

 

*****

Publicités

Les commentaires sont fermés.