Le mot du 12 mars 2017 (2)

L’expression du jour

 

            L’Histoire (« h » majuscule en cet emploi), la littérature, le théâtre, la politique, la mythologie, entre autres, nous ont légué mille et une expressions.  Parmi celles-ci, un bon nombre évoquent un lieu : pays, région, continent, ville, montagne, île, lac, fleuve…

 

            « Un cataplasme de Venise »

Normalement, un cataplasme (du grec kataplasma, « emplâtre ») est une sorte de bouillie étalée entre deux linges que, en médecine ancienne, on appliquait sur une partie du corps pour soigner une inflammation. C’est donc une intervention destinée à calmer, à adoucir, et à guérir. « C’est un bon cataplasme pour l’estomac » est une expression désignant un aliment roboratif, non acide, calmant la faim, du type purée, brandade, soupe épaisse…

Mais le « cataplasme de Venise », s’il peut éventuellement calmer des énervés, des excités, met en même temps le feu aux joues, car c’est… une gifle, un soufflet, un coup sur la joue, une claque, une torgnole, une beigne, une taloche, une mandale, une calotte, une pêche, une tarte, une mornifle, un pain. Bref : une giroflée à cinq feuilles !

De nos jours, on le sait, les cataplasmes sont des compresses préparées, et appliquées sur la peau en tant que décongestifs ou révulsifs. Un produit émollient, une farine et des éléments médicamenteux composent la « bouillie ».

D’où vient l’expression ?…  Peut-être de la commedia (attention = DEUX « m » !) dell’arte et de ses savoureux personnages, souvent prêts à échanger horions et coups de bâton…

(Extrait de Tous les chemins mènent à Rome, Jean-Pierre Colignon, éditions de l’Opportun.)

 

*****

Publicités

Les commentaires sont fermés.