Le mot du 27 mars 2017

Le mot du jour : télésnobeur(-euse)

 

S’il était un de nos contemporains, La Bruyère consacrerait assurément un de ses portraits, un de ses « caractères », au télésnobeur, à la télésnobeuse… Le verbe télésnober a, en effet, été lexicalisé par les dictionnaires les plus récents, au sens de « consulter fréquemment son téléphone portable (… sa tablette, son iPhone, son iPad) en ignorant les personnes physiquement présentes ».

La définition proposée relève d’ailleurs de l’euphémisme, de la litote, du français « correct », c’est-à-dire d’une expression qui n’ose pas dire les choses telles qu’elles sont, d’un langage émasculé qui serait justifié par tel ou tel prétexte. En vérité, que ce soit dans les transports en commun, au restaurant ou dans des salles d’attente, les télésnobeurs consultent… CONSTAMMENT leur écran portatif. Ils ne le quittent quasiment pas des yeux tout en montant dans le RER, dans un bus ou dans un train ; à peine un coup d’œil jeté sur une place libre, ils s’y assoient sans un regard pour leurs voisins ou leurs vis-à-vis…

Aucun geste ou signe de politesse, pas le moindre bref sourire aimable : le télésnobeur… snobe complètement les êtres vivants qu’il vient à côtoyer !  Les yeux continûment rivés à son écran, il envoie des messages sans nul doute d’une importance capitale à ses amis ou à de vagues relations contactées via les réseaux sociaux, ou bien encore se plonge peut-être dans la lecture de messages publiés tous azimuts, ou dans des recherches multiples et variées. Espérons que ces dernières soient vraiment dignes d’intérêt… Plus que le télésnobeur lui-même.

        

 

Publicités

Les commentaires sont fermés.