Le mot du 2 avril 2017

Le point d’orthographe du jour

 

Il ne faut pas confondre le pluriel de haut-de-forme et celui de haut-le-cœur…   Des hauts-de-forme, avec deux traits d’union, est la transformation en nom composé, par ellipse, de chapeaux hauts de forme. L’accord au pluriel de l’adjectif haut  est donc tout naturel, logique…

En revanche, dans haut-le-cœur, comme dans haut-le-corps,  il n’en est pas de même : il s’agit de soulèvements de l’estomac, de spasmes, de nausées, de sentiments de dégoût entraînés, au sens propre, par le mal de mer, par le mal de l’air, etc., ou, au sens figuré, par des sentiments de répulsion causés par des choses abjectes, méprisables, révoltantes :  Les petites combines entre ces politiciens suscitent tous azimuts des haut-le-cœur.  C’est-à-dire des nausées qui soulèvent HAUT le cœur, d’où l’invariabilité de haut = adverbe…

 

*****

 

 

Les commentaires sont fermés.