Le mot du 3 avril 2017

Le point d’orthotypographie du jour

 

            Un certain nombre de personnes ne comprennent pas toujours pourquoi il faut écrire « la Ville Lumière » pour Paris et « la Ville éternelle » pour Rome (ou « la Ville rose » pour Toulouse, « la Ville rouge » pour Albi, etc.).

En premier, il faut rappeler que les surnoms sont des noms propres, d’où les majuscules obligatoires dans le Petit Caporal (= Napoléon),  la Grande Boucle (= le Tour de France cycliste), le pays des Aigles (l’Albanie), la Tour pointue (= à Paris, le 36, quai des Orfèvres, siège de la direction régionale de la police judiciaire)… En respectant la norme en français : seulement une majuscule au substantif quand le nom précède l’adjectif, avec deux majuscules quand l’adjectif épithète est devant le nom. Quant à pays des Aigles, il n’y a pas de majuscule au terme banal, générique, pays, mais une au terme spécifique Aigles.

La différence orthographique ci-dessus exposée découle de la nature grammaticale des termes :  Ville Lumière (sans trait d’union) est formé de deux NOMS, tandis que l’on a dans Ville éternelle un NOM et un ADJECTIF épithète placé derrière le nom…

 

 

*****

Publicités

Les commentaires sont fermés.