Le mot du 2 mai 2017 (1)

L’expression du jour

 

            « Aller à Niort. »

            Cette expression populaire qui remonte au XVIIe siècle repose, comme beaucoup d’autres, sur un jeu de mots facile, soit sur la paronymie entre nier et Niort.  Aller à Niort, ce n’est pas, ici, se rendre dans le chef-lieu des Deux-Sèvres (un département qui doit son nom à deux cours d’eau : la Sèvre Nantaise et la Sèvre Niortaise*), mais refuser de reconnaître, refuser d’avouer ; en un mot  :  nier.

Une variante ancienne a existé : prendre le chemin de Niort. Plus près de nous, au début du XXe  siècle, on a dit, dans la langue verte : battre à Niort (à ne pas confondre avec « battre à mort », bien sûr), dont la signification peut échapper… sauf si l’on sait que battre, alors, veut dire « feindre », « simuler ». Battre à Niort équivaut donc à « feindre de ne pas savoir »…

Digne de l’almanach Vermot,  un calembour bien connu fait appel aussi au verbe nier : «  Il ne faut… panier… à salade ! ».

L’argot n’ayant pas, surtout naguère et autrefois, d’orthographe bien fixée, on a noté des aller ou battre à Niort, agnore, agnor, agniore

*Traditionnellement, on met deux majuscules aux deux.

 

(Extrait de  « Tous les chemins mènent à Rome »… et 100 autres expressions pour faire le tour du monde, Jean-Pierre Colignon, éditions de l’Opportun.)

 

*****

Publicités

Les commentaires sont fermés.