Le mot du 2 mai 2017 (2)

La question du jour (et la réponse)

 

           « Pourquoi on ne peut pas dire : « Elle s’est fait forte d’arriver première »  ? »

 

C’est parce que se faire fort de est une expression figée (ayant la signification de « se vanter de », « se targuer de »). Fort est alors un adverbe, et fait reste également invariable, dans cette phrase équivalant à : « Elle s’est vantée d’arriver première ».

Pour qu’il y ait accord du participe et de l’adjectif qui suit, il faut être en présence d’une phrase où se faire fort ne sera pas une formule figée. Ainsi : « Elles se sont faites fortes de leurs premières maladresses » ( =  leurs premières tentatives, maladroites, les ont aguerries ; a priori, on ne se vante pas de ses maladresses !)   Elles ont « fait fort » qui ?  se, pronom COD placé devant et reprenant Elles, d’où le double accord faites fortes.

Dans le premier cas, on ne pourrait pas dire : « Elle s’est faite [plus] forte [encore] d’arriver première » ;  avec la seconde construction, et c’est un bon « truc » en cas d’hésitation, il est correct d’écrire : « Elles se sont faites [plus]  fortes [encore]  de leurs premières maladresses ».

 

*****

 

Publicités

Les commentaires sont fermés.