Le mot du 4 juin 2017 (2)

La question du jour (et la réponse)

 

La question du jour (et la réponse)

 

           « Bonjour,

           On trouve toutes sortes de combinaisons possibles pour l’orthographe de « Vel d’Hiv », abréviation de « Vélodrome d’Hiver ».  Doit-on garder l’accent de « vélodrome » ? Ajouter des apostrophes pour signaler l’abréviation en fin de mot (soit alors trois  apostrophes au total) ? Mettre des majuscules aux deux noms ? »


 

Ce bon vieux vélodrome,  c’est aussi le lieu mythique, très populaire aux yeux de ceux qui ont aimé le cyclisme sur piste et la formidable ambiance des six-jours disputés de jour et de nuit (hors périodes de neutralisation), avec chansons, sandwichs, vedettes de variété (Mistinguett, Edith Piaf, Yvette Horner…)…

On trouve effectivement de tout pour l’abréviation…  La prononciation très majoritaire, exclusive même, du moins à Paris, est : « vèl div ».  Seulement, l’accent grave n’est pas logique, alors on ne saurait prôner ou retenir « Vèl’ d’Hiv’ »…  Les deux majuscules sont observées généralement, et notamment par ceux qui connaissent le sujet, qui ont vécu les grandes heures du cyclisme sur piste, et qui ont écrit là-dessus…  En dépit de sa fréquence, « Vel’ » (sans accent) n’est pas logique.

Alors, en dépit de la prononciation la plus courante, je pense qu’il faut écrire, en romain, avec deux capitales et un accent aigu, et aussi avec deux apostrophes marquant la double troncation :   le Vél’ d’Hiv’.

 

 

*****

 

 

 

Publicités

Les commentaires sont fermés.