Le mot du 5 juin 2017 (1)

Le point d’orthotypographie du jour

 

La réception à Versailles de M. Poutine a été l’occasion de rappeler la visite en France, sous la Régence, du tsar Pierre le Grand, en 1717…  Le colosse russe (2,03 mètres) a été représenté portant dans ses bras le petit Louis XV (né en 1707… et qui n’avait donc pas quinze ans, comme il fut dit sur une chaîne publique !). Cette scène a été représentée  par  Louise Marie-Jeanne Hersent-Mauduit (1784-1862)…

Plusieurs points d’orthotypographie à rappeler, en la circonstance :

  • Il faut une majuscule à Régence, nom commun devenu ici le nom propre d’une période historique et d’un régime politique : de 1715 à 1723, Philippe d’Orléans, neveu de Louis XIV, assure la régence du royaume,  puisque Louis XV n’a que cinq ans et neuf mois à la mort du Roi-Soleil.  Philippe d’Orléans est de ce fait appelé le Régent, avec une majuscule. (J’emploie ici l’italique uniquement pour faire ressortir les mots étudiés.)
  • Le tsar (nom commun : sans majuscule) Pierre le Grand, avec une majuscule à l’adjectif-surnom marquant une qualité ou un défaut physique ou moral (cf. Louis le Juste, Philippe le Hardi, Louis le Gros, Charles le Téméraire, Pépin le Bref, Louis le Hutin…).
  • Les « numéros d’ordre » des souverains (rois, empereurs, princes, grands-ducs…) et des papes doivent être en chiffres romains : Louis XV ; Pie XI,  Pierre Ier, dit Pierre le Grand, ou Pierre Ier le Grand.  (cf.  Jean II le Bon,  Philippe III le Hardi, Clovis II le Fainéant… ;  le numéro précède le surnom, ce qui est logique : avant Philippe III le Hardi, il n’y a pas eu deux rois qui auraient été également dénommés « Philippe le Hardi », donc ce ne peut pas être « Philippe le Hardi III »).
  •  Roi-Soleil :  deux majuscules et un trait d’union au surnom de Louis XIV.

 

*****

Publicités

Les commentaires sont fermés.