Le mot du 27 juin 2017 (1)

La question du jour (et la réponse)

 

          « Bonjour,

         Aïe, aïe, aïe ! J’ai un gros doute…

        Dans :  « … le numéro Dancing Doll, où, tout en sensualité provocante, elle danse avec un duo de boys… »,  j’hésite entre « tout » et « toute ». »

 

 

Les ouvrages dits de référence (grammaires, dictionnaires de difficultés…) des maisons d’édition dites de référence… se contredisent !  Les plus éminents linguistes et grammairiens ne disent pas la même chose, ou s’avouent incapables de trancher dans le cas de « tout en » suivi d’un complément prépositionnel avec pour sujet un féminin singulier. Alors, que dire et que faire !!!??…

Il semble avéré qu’avec « tout en » suivant un féminin singulier  la grande majorité des scripteurs (écrivains ou usagers « ordinaires » du français) adoptent le féminin (« elle était TOUTE en proie à l’angoisse », « elle était TOUTE en deuil », « cette adolescente est TOUTE en jambes »…), en dépit du sempiternel exemple fourni par l’Académie (« elle était TOUT en larmes »), et que les linguistes sont très hésitants.  Vouloir trancher absolument, cela revient à chercher midi à 14 heures et à vouloir couper les cheveux en quatre en épluchant des écrevisses !  Ad libitum, alors, et plutôt accord (toute) puisque l’usage va en ce sens.

 

*****

Publicités

Les commentaires sont fermés.