Le mot du 8 juillet 2017 (2)

La (nouvelle) question du jour

 

Autre question sélectionnée parmi celles reçues :

          « Suite à une phrase que j’ai lue sur Facebook dans un blog sur l’orthographe, j’aimerais savoir avec quel nom il faut faire accorder le participe passé « choisi » dans la phrase suivante : « Est-ce un tailleur ou une robe que tu as choisi(e) pour ce mariage? » Doit-on le faire accorder avec le dernier complément d’objet direct (robe) ou bien avec le premier (tailleur)? Je vous remercie de bien vouloir éclairer ma lanterne sur ce point de grammaire.
Cordialement. »

 

La « règle » (des linguistes disent « tradition, ce qui est nettement moins affirmatif) grammaticale dit que, dans ce cas où l’accord doit se faire sur un seul des termes au singulier unis par ou, il faut accorder sur le terme le plus proche…  Eh bien, la règle ou tradition est stupide et dit des âneries, car cela aboutit à des phrases imbuvables : « C’est Alban Public ou Sarah Vigott qui sera nommée au Conseil constitutionnel », « Qu’est-ce qu’on fait quand, à  21 heures, papa ou maman n’est pas rentrée ? »…  Je ne comprends pas que des grammairiens puissent approuver cela !
Il faut opter pour le neutre… c’est-à-dire, en français, le masculin. Ou, mieux, et c’est ce que je conseille à mes élèves ou stagiaires correcteurs et journalistes, il faut tourner la phrase autrement.  Par  exemple : « Qui va être nommé au Conseil constitutionnel ?… Alban ou Sarah ? »; « Qu’est-ce qu’on fait quand, à 21 heures, ni maman ni papa ne sont rentrés ? » / « Qu’est-ce qu’on fait quand, à 21 heures, papa n’est pas rentré, et maman non plus ? » Etc.

 

*****

Publicités

Les commentaires sont fermés.