Le mot du 10 août 2017(2)

La bourde du jour

 

Sur France 3,  ce jeudi 10 août, dans un reportage parlant du navigateur Yvan Bourgnon tentant le passage du Nord-Ouest à bord d’un simple petit catamaran,  une incrustation parlait des « brises glaces »… Il manquait donc le trait d’union de ce mot composé, et s’y ajoutait la grosse faute « brises », alors que le premier élément est une forme conjuguée, donc invariable, du verbe briser.  Écrire « des brises-glace(s) »,  c’est comme écrire « des portes-parapluies » ou des « perces-neige(s) » !

Enfin, si le pluriel à « glaces » est accepté aujourd’hui, il n’en est pas moins vrai que c’est un illogisme au même titre que si l’on écrivait « des terres-pleins ».  Ces talus ne sont pas PLEINS de « terres », mais de terre, matière indénombrable, d’où la graphie logique et intelligente des terre-pleins.  La même logique devrait conduire à ne retenir que des brise-glace et des perce-neige : les bateaux spécialisés sont destinés à fendre LA glace et ces fleurs percent LA neige.

 

*****

Publicités

Les commentaires sont fermés.