Le mot du 13 août 2017 (1)

Le trait d’esprit du jour

 

Avoir de l’esprit nécessite de bien maîtriser la langue française, de façon à jongler subtilement avec les mots. « Subtilement » ne signifie pas forcément « faire dans la dentelle »,  et d’excellents humoristes ont démontré qu’une belle verdeur servie avec verve n’était pas ressentie comme triviale. Cependant, généralement,  on savoure encore plus un jeu de mots quand il est finement spirituel.

Mais pour comprendre, et apprécier, les traits d’esprit, il faut également maîtriser cette même langue française…

 

Comédienne, cantatrice, Sophie Arnould (1744-1802), belle et gracieuse, dotée de beaucoup d’esprit, fut une grande séductrice.

Marie Laguerre (1755-1781), chanteuse de renom médiocre mais d’une grande beauté, eut elle aussi nombre d’amants. Elle accumula pléthore de riches objets dans sa courte vie, grâce au principe suivant : tout nouvel amant devait lui renouveler son « trousseau » (au sens large) ! Quand on mit en vente toutes ces richesses, et alors que quelqu’un s’exclamait : « On dirait un contes de fées ! », Sophie Arnould corrigea : « Dites plutôt un… compte des mille et une nuits ! ». (Personne ne pouvait se méprendre sur l’orthographe de compte » !)

 

*****

 

Publicités

Les commentaires sont fermés.