Le mot du 30 août 2017 (1)

La question du jour (et la réponse)

 

           « J’ai deux petits soucis relevant du domaine de l’orthotypographie. D’une part, je ne sais pas si la graphie suivante : “Faculté de Paris-Île-de-France Ouest” est licite, ou s’il faut un trait d’union supplémentaire. D’autre part, depuis la dictée de l’ARC de Saint-Rémy-lès-Chevreuse, je me pose toujours la question de savoir si le groupe de mots débutant la deuxième phrase de l’avant-dernier paragraphe, à savoir : “Au Qatar Prix de l’Arc de Triomphe…”, est correctement orthographié. »

 

1° Normalement, il faut :  faculté de Paris – Île-de-France ouestFaculté est un nom banal (comme université) ne méritant pas de majuscule (sauf dans les cas d’unicité, c’est-à-dire portant sur des institutions, des organismes uniques à l’échelon national ou international, ou des emplois au sens absolu). Dans un travail soigné, il faut indiquer une espace fine de chaque côté du premier trait d’union, parce que le second composant, Île-de-France, est un mot composé à traits d’union. Ouest est un nom commun en apposition, ou employé comme adjectif : peu importe, cela ne change rien = il ne faut pas de majuscule, qui entraînerait un trait d’union… et un contresens !  On serait en effet obligé d’écrire :  « faculté de Paris – Île-de-France – Ouest », au sens de « faculté de Paris + Île-de-France + Ouest (Bretagne-Normandie-Vendée…………..) ».

 

2°  Cela ne relève pas de l’orthotypographie, mais de la pub / communication  =  nom propre d’une manifestation. Les créateurs-organisateurs déposent donc à l’INPI et/ou autre un nom sous la forme qu’ils veulent. Chacun doit donc respecter strictement la forme déposée (même farfelue, ne respectant pas l’orthographe ou l’orthotypographie, etc.) sous peine, en principe, de poursuites par les avocats des créateurs. Mais il n’est pas toujours aisé de reproduire toutes les singularités contenues (lettres à l’envers, par exemple) dans un nom déposé…

Sauf si une dictée a pour sponsors ou mécènes les créateurs d’un prix, d’une manifestation, etc., il faut s’interdire de placer de telles dénominations dans un texte.  En tout cas, il est impossible, inadmissible, de compter des fautes dans ces noms, que ce soit pour des majuscules, des traits d’union, des accents…  :  l’auteur de la dictée doit fournir l’orthographe aux concurrents ou indiquer que cette dénomination est neutralisée.

 

*****

 

Publicités

Les commentaires sont fermés.