Le mot du dimanche 10 décembre 2017 (4)

L’impropriété de vocabulaire du jour

 

            « Les postiers dénoncent des répressions syndicales. » Ce titre qui devrait étonner tout usager de la langue français est conforté par ce qui est dit dans l’article paru dans un journal  : « Rassemblés à l’appel de l’intersyndicale de la [sans majuscule] Poste (CGT, Sud Solidaire, FO, CFDT et Unsa), les manifestants [il était précisé plus haut dans l’article qu’il s’agissait d’une « cinquantaine  de  syndicalistes »]  entendaient  protester  contre  ce  qu’ils considèrent être  » des répressions syndicales ».  »

            Curieux syndicalistes… ou curieux syndicats !!?  Car il s’agirait alors de syndicats qui opprimeraient les salariés,  ou de syndicalistes qui, à tort, croiraient que les syndicats oppriment les ouvriers, les employés, les cadres…  On est manifestement en présence d’une impropriété de vocabulaire.

Même si les syndicalistes en question ont commis ce lapsus évident, ce contresens avéré,  le rédacteur et  – ou  –  le secrétaire de rédaction, ou le réviseur, auraient dû corriger en « répressions ANTISYNDICALES » !

*****

 

Publicités

Les commentaires sont fermés.