Le mot du 11 décembre 2017

Le point d’orthographe du jour

Lorsque des verbes exprimant ce que l’on appelle des « mesures », d’où la dénomination de « verbes de mesure », ont en que/qu’ un complément CIRCONSTANCIEL répondant à la question « Combien ? »,  leur participe passé reste INVARIABLE. Exemple : « Cette villa ne vaut plus en 2017 les 400 000 euros qu’elle a COÛTÉ en 2003 ».

Le raisonnement ne doit pas être : « Qu’est-ce que cette villa a coûté ? », « Qu’a-t-elle coûté ? » (en étant basique : « Quoi a-t-elle coûté ? » ☺ ), mais : « COMBIEN a-t-elle coûté ?… ». Le participe reste alors invariable.

 

Donc, bien faire la différence entre :

1°   « Michel ne pèse plus aujourd’hui les 50 petits kilos qu’il a PESÉ quand il avait vingt ans »   (= combien a-t-il pesé quand il avait vingt ans ?)

et :

2°    « Tu peux mettre dans ce cageot les 10 kilos de pommes de terre que j’ai PESÉS ce matin » (=  qu’ai-je pesé ce matin ?)  [étant donné que l’on dit « les 10 kilos de pommes de terre », et non « les pommes de terre », l’accord se fait avec « les 10 kilos » ; doit-on voir avec compréhension ou indulgence l’accord « pesées », sur pommes de terre ?  ce n’est pas l’orthodoxie…

 

(Le Participe passé – Tous les accords, d’abaisser à zyeuter,  Victoires Éditions,  2013.)

Publicités

Les commentaires sont fermés.