Le mot du 19 décembre 2017 (2)

Le trait d’esprit du jour

 

            Georges Feydeau,  le fameux auteur de comédies,  fut un jour importuné par un raseur, un moulin à paroles…  Comme le verbigérateur finit tout de même par devoir reprendre souffle, le dramaturge s’empressa de glisser : « Reposez-vous, mon ami… ».  L’autre répliqua : « Mais je ne suis pas fatigué… »,  ce qui lui valut la repartie suivante : « Alors, reposez-nous… ».

*****

 

Les commentaires sont fermés.