Le mot du 21 décembre 2017 (3)

La question du jour (et la réponse)

 

           « « Alors c’est vrai… Le Repère 17 va fermer ?

 Fini nos ateliers d’écriture, peinture, sculpture ? / Finis, nos ateliers d’écriture, peinture, sculpture ? 

Fini les dimanches matin avec les paniers bio ? / Finis, les dimanches matin avec les paniers bio ?

Fini les actions bénévoles ? / Finies, les actions bénévoles ? 

[…]

C’est donc vrai, l’argent va avoir raison de cette création-là ? » 

 

Faut-il avoir une préférence entre fini et finis,  ou c’est ad lib ?!

 

          Merci ! »

 

 

Question récurrente…  Sans cesse posée au fil des années…  Assurément parce qu’il y a eu des hésitations, qu’il y en a encore, que l’usage évolue, et parce que les auteurs de référence se divisent ou sont eux-mêmes dans le doute, pris entre ce qu’ils ont appris et un usage fluctuant… Tout cela est compréhensible.

Nombre d’auteurs de dictionnaires de difficultés ou ouvrages semblables, alors, éludent la question…  En 2017,  on observe un double raisonnement, qui naguère encore donnait la préférence à l’accord (« finies les vacances »).  Aujourd’hui, je crois que l’on peut dire que c’est du 50-50…  Avec une différence marquée, accentuée, par la présence d’une virgule quand on opte pour accorder : « Finies, les vacances ! », ou « Finies, les vacances… », au sens de « les vacances sont finies ».  On ne met pas cette virgule  –  « Fini les vacances ! »  –   lorsque l’on choisit l’idée, plus exclamative, de « c’est fini, les vacances ! ».

 

*****

 

 

 

 

Publicités

Les commentaires sont fermés.