Le mot du 2 janvier 2018 (1)

La question du jour (et la réponse)

 

           « J’ai toujours du mal à choisir entre « continuer à » et « continuer de ».  Avez-vous une règle ou des repères pour faire son choix ?

          Merci par avance. »

 

Avec continuerà et de sont quasiment interchangeables, licites, et les différences de nuances que  l’on pourrait apporter sont, la plupart du temps, du domaine du ressenti. Les hésitations sont donc bien naturelles… « À son âge, il continue de travailler », ou « il continue à travailler » :  quels distinguos subtils et… ressentis par tout le monde peut-on élaborer ?… On ne peut pas affirmer qu’avec de ce serait à temps plein, et avec à de temps en temps !  Ni l’inverse !  « Cette actrice qui continue de boire sec », ou « qui continue à boire sec » (si on ose dire)  :  on ne saurait affirmer qu’avec de c’est le même jour, au cours d’une soirée, et qu’avec à ce serait toute l’année…  ni l’inverse.  C’est chercher midi à 14 heures ou couper les cheveux en quatre que de vouloir établir des nuances qui ne seront pas partagées, pas comprises, par tous les utilisateurs du français…

 

Dans certains cas, on peut, peut-être, partager l’hypothèse d’une nuance (ou simplement une différence d’emploi des prépositions)  :  entre « continuer à faire » et « continuer de faire », par exemple. Mais c’est un ressenti personnel, peut-être une illusion, face aux fréquences respectives d’emploi des prépositions.  (Certains linguistes avancent 60 % pour « continuer à » contre 40 % pour « continuer de », tous emplois confondus  (estimation vraiment avérée, toujours avérée en 2017 ??)

 

*****

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.